Groupe de travail sur les pulsions

Responsables : Claude Jamart et Pierre Marchal

En articulation avec le séminaire « Cliniques d’ailleurs », nous poursuivons notre travail sur les pulsions avec  l’étude de la sublimation dont Freud faisait un des destins de la pulsion, caractérisée par le fait qu’elle échappait au refoulement.
Nous reprendrons ce que Lacan nous enseigne sur cette question de la sublimation en parcourant quelques leçons de ses séminaires VII (L’éthique de la psychanalyse), XIV (La logique du fantasme) et XVI (D’un Autre à l’autre).
Nous voudrions tenter d’approcher le paradoxe qui noue la culture, la sublimation et le refoulement :
 - Le refoulement partagé qui assure la mise en place de la culture (vs civilisation) . Cfr Charles Melman qui interroge : « … si la civilisation consiste  à reconnaître les lois de la parole, peut-on dire que la culture est une façon collective de méconnaitre l’impossible que les dites lois impliquent ? » Ou encore comme il le dit en d’autres endroits : la culture est la conséquence d’un refoulement partagé.
- Par contre, il est difficile de nier que la sublimation, destin des pulsions sans refoulement, ne participe pas au grand œuvre de la culture.
Ce paradoxe devrait peut-être nous amener à repenser ce qu’il en est du refoulement comme agent de l’inconscient. On sait qu’à la fin de son enseignement, Lacan pensait que Freud s’était trompé en pensant que le refoulement était l’opérateur de la mise en place de l’Inconscient. L’investigation du fonctionnement de l’inconscient dans d’autres cultures que la nôtre devrait nous fournir quelques indications à ce sujet.

Le 3ème mercredi du moi en alternance avec les « Cliniques d’ailleurs ». 1ère réunion : le mercredi 20 septembre 2017.