Les mères meurtrières

Samedi 17 Décembre 2011
Dans notre cycle "Débats à l'AFB", entrée libre.


Les meurtres d’enfant par leur mère ne sont pas chose nouvelle.

Euripide en donne une première forme, élevée jusqu’au mythe, avec Médée, que n’ont pas manqué de décliner quantité d’écrivains de Corneille à Anouilh et plus particulièrement pour nous, Tom Lannoye (en scène au KVS et National cette saison) en passant par Cherubini (en scène à la Monnaie cette saison).

0n peut se demander ce que cette insistance, dans le moment présent, veut dire.

Pour notre part, dans l’esprit de continuer à nous interroger sur l’évolution de la famille et de ses changements avec nos outils analytiques, nous avons choisi de mettre ce thème au centre d’un des débats que nous avons fait le pari de tenir avec «le social». Non pas que nous pensions que ces meurtres soient par eux-mêmes un fait de société nouveau (la criminologie nous enseigne que c’est, de tout temps, le crime par excellence des femmes), mais bien parce que le discours que tient le social à ce sujet, aujourd’hui, nous paraît, lui, être spécifique de notre temps et utile à servir nos interrogations. En nous proposant d’en frémir dans l’émotion, l’horreur et la condamnation, ce discours nous invite en fait à «en jouir».

Au-delà de cette jouissance,- et c’est là qu’est, pensons- nous, notre rôle et même notre devoir-nous nous essayerons d’analyser ce qu’il révèle des places singulières que prennent à l’heure actuelle, l’enfant, la femme au regard de la loi. Nous interrogerons également la fonction maternelle qui, d’être prise dans la «mère-version» n’en est pas facilitée mais bien précarisée.


Pour introduire ce débat il nous est apparu tout à fait indiqué d’inviter et d’entendre

- Sophie Marinopoulos qui nous parlera de sa place d’analyste et de psychologue clinicienne rompue à ces questions (comme ses nombreux ouvrages et sa pratique à Nantes en témoignent)

- Joachim Lafosse qui, comme cinéaste crée à l’heure actuelle une œuvre inspirée d’un de ces faits divers, qui a fait les beaux jours des médias, et qui dans ses films précédents nous a montré sa sensibilité à ce qu’est le social aujourd’hui

- et Nicole Malinconi, l’écrivain qui nous a livré dans son livre très discuté, sa re-création d’une femme criminelle qu’elle a longuement rencontrée.


Affiche à télécharger
Bibliographie:


Dans l’intime des mères, Sophie Marinopoulos, Fayard, 2005


Le corps bavard, Sophie Marinopoulos, Fayard, 2007


La vie ordinaire d’une mère meurtrière, Sophie Marinopoulos, Fayard, 2008.

Combattre les petites philosophie du pénis, Sophie Marinopoulos, Les liens qui libèrent, 2011.

Elles accouchent et ne sont pas enceintes, Sophie Marinopoulos et Israël Nisand, Les liens qui libèrent, 2011.

Hôpital Silence, Nicole Malinconi, Editions de minuit, 1985.

Vous vous appelez Michelle Martin, Nicole Malinconi, Denoël, 2008.

Si ce n’est plus un homme, Nicole Malinconi, l’Aube, 2010.

Ils ont tué leur enfant, Odile Verschoot, Imago, 2007.