Séminaire de psychanalyse et philosophie : Éthique et jouissance

À partir de la lecture de Kant : « Critique de la raison pratique » et de Lacan : « Kant avec Sade »

Que devons‐nous faire pour nous situer justement dans la pratique psychanalytique ? Quelle est l’éthique de la psychanalyse ? Guérir ? Soulager ? Porter la parole ? Interpréter ? Garder le silence ? Lacan a situé le support de ce faire, ledit psychanalyste, non pas comme un sujet face à une autre sujet (dans l’intersubjectivité), mais du côté de l’objet, de « l’objet a », plus précisément du semblant d’objet a, voire de l’objet‐déchet ou rebut. Qu’est‐ce qu’un objet pour la psychanalyse ? Et quel est l’objet de la psychanalyse ? L’inconscient pourrait‐il servir d’objet ou d’objectif pour la psychanalyse ? Quelle est l’objectivité en psychanalyse ? Objet (y compris objet a), objectif et objectivité sont bien problématiques dans notre champ.
Nous n’avons jamais affaire à une réalité donnée objectivement avant et indépendamment de l’expérience psychanalytique. Le patient objectif (en fait objectivé) est une pure abstraction. Quelle que soit l’opération objectivante dont il aurait été la
victime, il a toujours déjà été pris dans la rencontre. Les conditions du « patient » (être passif) sont toujours déjà les conditions de l’analysant (parlêtre en devenir et déjà en acte). Aussi pour commencer la cure psychanalytique, Freud parle‐t‐il d’engagement du traitement1 (il n’y a aucune place pour des entretiens « préliminaires », qui voudraient se situer avant le seuil de l’analyse proprement dite) ; pour engager le traitement, il s’agit de tenter de s’y mettre, de se plonger dans le processus psychanalytique à l’endroit même de ce que l’analysant apporte toujours déjà. Si, pour engager le processus psychanalytique, tout objet en soi et toute objectivité réaliste (y compris celle de l’analyste, qui, répétons‐le, ne tient pas la place d’objet a, mais de semblant...) sont d’emblée écartés comme illusoires et surtout comme résistances à la psychanalyse, comment préciser le lieu vide d’objet et d’objectivité ? Comment se débrouiller avec les pièges d’un réalisme toujours renaissant ?

1) Freud, Sur l’engagement du traitement (Zur Einleitung der Behandlung), OC XII. Le texte est aussi repris dans le petit volume La technique psychanalytique sous le titre Le début du traitement.

Les premiers et troisièmes mercredis du mois de 20 h 30, au CIERL (ULB) Local 17.4.004, Avenue Franklin Roosevelt, 17 à 1050 Bruxelles. D’octobre 2016 à juin 2017. Première séance le mercredi 5/10/2016.
Gratuit
christian.fierens@telenet.be