Éditorial 2015

Il est de coutume de présenter ses vœux chaque fois que le calendrier pivote sur les gonds du temps et nous ouvre sur un nouvel intervalle. Tout début d’année apparaît étrangement vide, comme celui d’un espace vierge, d’une page encore à écrire et qui nous laisse un léger vertige. Formulons-nous le vœu que cette année permette de traverser des temps difficiles pour une psychanalyse qui peine à faire entendre la légitimité et la pertinence de sa démarche. Sur l’agora public prédomine le désir de procédures balisées et illusoirement quantifiées.

L’impression de suspens, propre à un début d’année fut de courte durée, l’actualité a déja écrit 2015 en lettres sanglantes. Il reviendra à chacun de lire celles-ci avec la justesse nécessaire. La haine est à nos portes, poussée par des quêtes identitaires, dans une surenchère meurtrière. Comment y faire barrage et ce avec d’autres arguments que ceux d’une orthodoxie des opinions, apparemment consensuelle ? Les psychanalystes se doivent de faire entendre un message qui tente de freiner ce vertige identitaire risquant de déborder des valeurs qui ne sonnent bien souvent plus que comme des slogans. Travail de la culture, dirait Freud, le seul qui puisse endiguer les sirènes du communautarisme. Le dialogue avec l’art et la littérature montre à souhait l’intérêt de l’invention freudienne, c’est cette liberté de créer et d’inventer à partir d’une irréductible singularité que défend la psychanalyse. Le mot laïcité, cher à Freud, résonne plus fortement que jamais. L’Autre, avec toute l’inquiétante étrangeté qui en est la marque, est au cœur de notre identité. La quête d’une image qui ne peut qu’être manquante révèle cette incontournable part de réel dont le refoulement tente de faire l’économie.

L’invitation de la présidente de l’ALI, Angela Jesuino-Ferreto, à travailler sur l’identité aux journées

1

qui concluront l’année avant les vacances d’été ne peut trouver moment plus opportun.

Didier de Brouwer, président de l’AfB

1) Les amours fatales de l’identité. Enjeux cliniques et politiques.
Vendredi 19 (19h), samedi 20 et dimanche 21 juin 2015, Paris – Espace Reuilly

Mardi 20 Janvier 2015