L’âme du narcissisme

L’âme du narcissisme
La  table  du  psychologue  était  couverte  de  portraits-robots  qu’il s’agissait  de  reconnaître  chez  ses  patients.  Patiemment.  Malgré  les différences,  il  reconnaîtrait  la  même  trame  :  le  narcissisme  par  trop visible. Psychose ? Narcissique ! Perversion ? Narcissique ! Et jusqu’à la névrose : encore narcissique. Au fond, le cliché narcissique n’allait pas beaucoup plus loin que l’égoïsme dénoncé par l’Église. Juste une petite touche sexuelle en plus.
Activement.  Derrière  la  tautologie  du  narcissisme  se  cache  un  mouvement de réflexion que le psychanalyste saura mobiliser pourvu qu’il  n’oublie  pas  l’âme  du  narcissisme,  dont  découle  tout  cet  imaginaire. Car le mouvement de réflexion inhérent à tout narcissisme ne  produit  pas  d’abord  des  clichés  ;  bien  plus  fondamentalement,  il  est  l’âme  invisible  de  toute  création,  de  toute  personnalité,  de  toute  réflexion, de tout mouvement d’estimation sans laquelle l’estime (de soi comme des autres) ne vaut pas grand-chose.
L’Âme du narcissisme – éternelle adolescence – nous plonge dans ce moment d’expérience dynamique de la psychanalyse. C’est déjà ce que Freud apportait en introduisant le narcissisme.  

Christian  FIERENS pratique  la  psychanalyse  à  Tervuren  près  de  Bruxelles.  Il  est  membre  du  Questionnement  psychanalytique  et  de  l’Association  freudienne  de  Belgique  -  ALI.  Il  poursuit  un  travail  de  réflexion sur la psychanalyse (lire-en-psychanalyse) et a publié entre autres Lecture de l’Étourdit (2002), Comment penser la folie (2005), La Relance du phallus (2008) et Le Discours psychanalytique (2012)

télécharger la 4e de couverture

Vendredi 16 Septembre 2016