La formation

Introduction

[...]
La formation des psychanalystes pose aux institutions qui les rassemblent des questions de fond. Ce sont les questions sans cesse renouvelées par le mouvement de la psychanalyse elle-même: Qu'est-ce que la psychanalyse aujourd'hui? Quelle formation et quelle pratique de la psychanalyse sont reconnues comme étant non seulement dans l'esprit mais plus encore, à la lettre de l'héritage de Freud et de Lacan ? Comment faire valoir cette psychanalyse et la formation qui lui est associée au sein d'une association de psychanalystes, l'Association freudienne de Belgique, tenant compte de l'inévitable conflictualité qui oppose institution psychanalytique et l'objet de la psychanalyse, l'inconscient?Comme nous l'avons déjà indiqué, l'Association freudienne a déjà par le passé publié certains textes sur le sujet, dont la lecture est vivement conseillée, en particulier les numéros du Bulletin Freudien sur la Transmission et sur la Formation ( 1990/15 et 1994/22). Nous souhaitons en outre rappeler, quelques uns des principes directeurs qui nous guident dans l'accueil des candidats et dans la formation des membres. Les nouveaux membres interrogeant les plus anciens: "dites-nous ce qu'est la psychanalyse pour vous?" nous répondons que l'Association refuse les pratiques aléatoires ou purement intuitives, la dévaluation et la médiatisation des concepts, l'hermétisme tout autant que la suffisance. Pas seulement doctrine, ni seulement pratique de soins, la psychanalyse participe de ces deux références : elle est tout à la fois plus que l'une et l'autre, elle est un mouvement qui traverse le temps, mouvement des générations avec leurs filiations et leurs transmissions, pensée au plus près de la clinique, au plus près de l'inconscient lui-même qui est un "hors-temps" réactualisé tout au long d'un siècle de psychanalyse. Par "hors-temps", nous entendons ces paradoxes temporels que sont la répétition, la régression, le transfert et l'historicité propres au mouvement de la cure elle-même. Cette antinomie de l'identité/non-identité à soi-même, ce paradoxe du mouvement, du changement et de la répétition, constituent pour certains une difficulté dans la formation; ils souhaiteraient se situer soit dans l'assurance de l'identique, soit dans la libération sans contrainte du mouvement sans limite. Nous ne partageons ni l'une ni l'autre de ces positions.Il existe une autre antinomie sur laquelle ouvre la formation des psychanalystes. A côté du corpus de la théorie et son intelligibilité, la cure avec tout ce que la parole et le langage qui s'y déploient supposent, y compris ce que Freud appelait parfois "les transferts", côtoie l'énigme et le mystère. Plus encore, la résolution de l'énigme ne dissipe pas le mystère. La cure psychanalytique exige d'autant plus de rigueur que son objet possède des caractéristiques étroitement associées et antinomiques que Freud nomma l'Unbewust. J.-B. Pontalis parlant de la révolution copernicienne que constitue la découverte de l'inconscient, paraphrase ainsi l'invention freudienne éclairée par l'indispensable apport de Lacan: "(...) Les éléments les plus hétérogènes, les plus inconciliables entrent en coalescence, gravitant comme des électrons autour d'un noyau qui tiendrait son pouvoir d'attraction de son vide interne".La théorie comme la clinique révèlent bien d'autres antinomies; c'est pourquoi il convient que la formation du psychanalyste soit vaste, même si elle n'échappe pas à l'incomplétude (de structure); elle doit être rigoureuse sans être austère: le mot d'esprit, le comique et l'humour, pour ne citer que ces témoins de la facétie de l'inconscient en constituent d'essentielles formations. Pour toutes ces raisons, nous tentons d'articuler la formation à l'Association freudienne de Belgique autour de deux axes: (1) une formation essentiellement centrée sur l'inconscient et (2) des balises institutionnelles indispensables à la pérennité du mouvement psychanalytique et de l'institution qui se propose comme garante de cette possibilité. Ces balises ne sont ni cursus, ni statuts, même si l'imaginaire collectif tend inexorablement à ramener à l'esprit une telle réduction qui ne constitue nullement notre projet.

Devenir membre à l'AFB

[...]

La commission accueil.

La commission Accueil traite des questions relatives à l’accueil des candidats et ce en coordination avec la commission Enseignement -Formation. Elles réfléchissent, de manière concertée, aux questions cliniques fondamentales et à l’adéquation qui doit s’installer entre l’accueil des membres et la formation de ces derniers. Cela inclut en plus de l’appréciation des candidatures, une réflexion sur ce qui advient des candidats après leur entrée dans l’Association. Le travail de ces deux commissions vise aussi à garder vive, au sein de notre groupe une réflexion soutenue sur ce qu’il en est de la psychanalyse à l’Association freudienne et ce que représente le fait d’occuper la position du psychanalyste pour un analysant.

Toute personne désireuse de s’inscrire à l’Association freudienne de Belgique doit s’adresser à la commission Accueil après en avoir demandé l’accord au président de l’AFB.

Les membres actuels de la commission Accueil sont: Anne Oldenhove-Calberg, Martine Coenen, Anne Joos et Jean-Paul Beine.

  • Le membre adhérent.

Le membre adhérent inscrit un travail psychanalytique théorique dans le cadre de l’Association, soit dans la perspective d’une formation à la psychanalyse pouvant déboucher sur une pratique de la cure, soit du seul fait de son intérêt pour la psychanalyse.

Son inscription au titre de membre adhérent fait suite à des entretiens avec deux membres de la commission Accueil. Sa candidature une fois débattue et acceptée au sein de la commission Accueil est ensuite soumise aux Bureaux de l’AFB et de l’ALI. Une réponse est alors adressée par courrier au candidat.

Le nouveau membre prend dès lors part de plein droit aux séminaires, aux après-midi cliniques, aux groupes de travail, aux cartels cliniques, aux ateliers et aux assemblées générales (sans toutefois avoir le droit de vote).

  • Le membre effectif.

Le membre effectif s’engage dans le travail théorique et clinique au sein de l’Association. Il participe au développement et à la transmission de la psychanalyse en prenant part activement aux travaux de l’Association. S’il le désire, il peut, après en avoir discuté avec un des responsables de la commission Enseignement-Formation et ensuite l’accord du Bureau, y organiser certaines activités.

Toute candidature comme membre effectif doit être adressée au président de l’Association qui l’appréciera et la transmettra ensuite au responsable de la commission Accueil. Le candidat est alors invité à rencontrer des membres de la commission. La candidature d’un membre effectif est appréciée par la commission Accueil, par les Bureaux de l’AFB et de l’ALI. Suite à cette procédure, une réponse est envoyée par courrier au candidat.

  • Le membre praticien.

La mention de membre praticien désigne le membre effectif qui pratique la cure analytique et a déjà fait preuve de son engagement au sein de l’Association. Engagement qu’il poursuivra en tant que membre praticien. Il sera demandé au membre effectif de se confronter aux interpellations de quelques autres au cours d’entretiens concernant sa pratique de la cure analytique et les contrôles suivis. Pour ce faire il s’adressera au président de la commission Accueil qui lui proposera des rencontres avec deux membres praticiens dont au moins un sera membre de celle-ci. L’appréciation de cette candidature par la commission Accueil sera ensuite soumise à l’approbation du Bureau. La réponse sera adressée par courrier au candidat.


La mention AMA est une mention propre à l’annuaire de l’ALI. Elle correspond à la mention de membre praticien dans l’annuaire de l’AFB.

Le membre effectif et le membre praticien aura droit de vote aux assemblées générales.

Tous les membres s’acquittent d’une cotisation annuelle.